Les mardis de la poésie : Pablo Neruda (1904-1973)

Poème tiré du site : https://www.poemes.co/

Il meurt lentement

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnuIl meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!
Risque-toi aujourd’hui!
Agis tout de suite!
Ne te laisse pas mourir lentement!
Ne te prive pas d’être heureux.

Biographie:https://fr.wikipedia.org/wiki/Pablo_Neruda

Extrait : « 

De 1910 à 1920, il fréquente le lycée pour garçons de Temuco au Chili. À treize ans, il publie ses premiers poèmes et textes en prose.

À partir de 1921, il étudie le français et la littérature française à Santiago et la pédagogie. Il aurait choisi son nom de plume après la lecture des Les Contes de Mala Strana (cs) de l’écrivain et poète tchèque du xixe siècle Jan Neruda (le patronyme Neruda signifie en tchèque « pas de la famille »). Une autre hypothèse est qu’il a pu choisir son pseudonyme d’après un personnage figurant dans un des romans de Conan Doyle, notamment Une étude en rouge (A Study in Scarlett) où apparaît le nom de Neruda (chapitre 4, « Je veux aller au concert de Hallé, cet après-midi, pour entendre Norman Neruda. »1). Voulant devenir professeur de français, il se fait très rapidement une renommée avec ses publications et des récitals de poésie.

À dix-neuf ans, il publie son premier livre, Crépusculaire (Crepusculario). Suit, un an plus tard, Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée2 (Veinte poemas de amor y una canción desesperada).

NÉ POUR NAÎTRE

PAR PABLO NERUDA

L’homme était bon, sûr
Avec sa fourche et sa charrue.
Il n’eut même pas le temps
De rêver pendant qu’il dormait.

Il fut laborieusement pauvre,
Il valait un seul cheval.

Son fils est aujourd’hui très orgueilleux
Et vaut plusieurs automobiles.

Il part avec une bouche de ministre,
Il se promène très sûr de lui
Il a oublié son père campagnard
Et il s’est découvert des ancêtres,
Il pense comme un gros journal,
Il gagne jour et nuit:
Il est important quand il dort.

Les fils du fils sont nombreux
Et se sont mariés il y a longtemps,
Ils ne font rien mais ils dévorent
Ils valent des milliards de souris.

Les fils du fils du fils
Comment vont-ils trouver le monde?
Seront-ils bons ou seront-ils méchants?
Vaudront-ils des mouches ou vaudront-ils du blé?

Toi tu ne veux pas me répondre.

Mais les questions ne meurent pas.

9 commentaires sur “Les mardis de la poésie : Pablo Neruda (1904-1973)

  1. Chaque blog a sa petite spécialité, qu’elle soit sérieuse ou fantaisiste et draine des lecteurs qui se retrouvent souvent sur les uns et sur les autres. Perso j’aime rire, j’m les les textes surréalistes, j’m la poésie, j’m les petites folies, et pour en faire un bouquet, je dois parcourir plusieurs de ces blogs ! On ne peut faute de temps, être assidu à cette recherche, aussi quand on tient un groupe qui rassemble nos goûts, on s’y tient, ce qui n’empêche pas de regarder ailleurs ! 👀

    Aimé par 2 personnes

    • Au Petit K. Illustré, le seul spécialiste, c’est moi ! Plus foutraque, désordonné, voire insensé (d’ailleurs j’ai voté pour mon nouveau parti, » la France Insensée », score: 100% , et j’attends, tout peinard, les 800 000 euros que je mérite!), bref tout ce que je mets dans ce petit blog, c’est un assortiment de petites friandises à partager ou à croquer. Foin des Kinder frelatés, des pizzas Buitoni et des éditeurs de fakes de CNews. L’essentiel, comme dirait Coubertin, c’est de participer à ce mouvement (international!) qui nous mène ensemble ; humour, colères, images, dessins, mouvement qui nous laisse le moral très loin des chaussettes russes par exemple. Cependant, il faut savoir réduire ses abonnements, au risque d’y passer trop de temps. Ce qui n’empêche pas pour autant d’aller jeter un œil (pas de Moscou ni de Pékin) sur ce que font les lecteurs et qui, je l’avoue, sont beaucoup plus « fouillés » et travaillés que celui dont tu viens, sans t’en rendre compte, de lire le commentaire !
      Bonne fin d’après-midi ! 😉😉😊

      Aimé par 1 personne

    • Je suis sincèrement ravi de te retrouver. La plupart des blogs ont un lectorat si volatile que souvent ils s’arrêtent du jour au lendemain (Ibonoco, Almanito, Gavroche, Titam…). En mai prochain, mes petites conneries auront dix ans! Champagne!😉
      Ton site est d’une autre envergure, il se doit d’être à ta hauteur !
      A plus !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :