Pâques et pas que toi, ou presque!

Soyons joyeux, ou essayons de l’être. Ce matin les cloches sont revenues de Rome et aucun de nos chemins n’est parvenu à y trouver la paix. Les jardins fleurissent et les œufs que les enfants convoitent jonchent les jardins. Pourtant les nains les cachent. Nul n’ignore qui ils sont mais même les oiseaux s’en méfient. Un passereau m’a raconté qu’ils en faisaient des bombes, rien que pour faire peur aux garnements qui n’écoutaient ni ne récitaient leur leçon par cœur : « notre Nation est la plus forte d’entre toutes les Nations ! ». Aux dernières nouvelles le Pope et le Pape ont téléphoné à Dieu, mais comme c’est Pâques la ligne est occupée.

Soyons gais, les œufs en chocolat sont retirés des hypermarchés et les enfants goberont les œufs de poules en perçant un orifice avec l’aiguille de couture de leurs mères, pas celle du tricot qu’il faudra usiner pour l’hiver prochain dans tous les foyers, avant la pénurie de gaz. Le cours de la laine a augmenté de vingt cinq pour cent et les tricoteuses qui savent encore pratiquer cet art demandent d’ores et déjà un salaire exorbitant. Même si leurs flatulences abondent dans le réchauffement climatique. Les pets feront de belles lumières dans l’âtre des cheminées.

Soyons heureux, il suffit que nous fermions les yeux sur l’Avenir pour que des génies innovent, entre le Métavers et l’envoi de sculptures aérodynamiques sur la Lune, entre le Bitcoin et le Roublard, tout un monde nouveau qui oublie l’Humain, ou le rende esclave, car ignorant, mais de quelle ignorance ? Celle de comprendre que l’Homme n’existe plus, que l’Intelligence Artifialise la vie, que la mégalomanie de quelques pseudo-empereurs nous anéanti, tranquillement, factuellement. Dans peu d’années les hommes et les femmes assouviront leurs désirs avec des robots et ils croiront faire l’amour à des êtres charnels, puis ils feront l’amour pour assurer la production d’enfants sans jeunesse ni souvenir, lavés par le Grand Cerveau qui ne boit que de l’eau divine et ne fume pas pour entretenir ses connexions somme toute fragiles.

Soyons généreux, oublions qui nous étions au profit de ceux qui nous inculquent les lois de notre devenir, de l’aventure pseudo-humaine. Dans l’Homme tout est bon, comme dans le cochon. Parfois, j’ai envie de changer de religion…Devenir animiste, caresser les arbres pour en écouter les avis, l’intime sève. Hier, avant que les cloches reviennent de Rome, le vieux châtaigner m’a dit : « si tu pouvais enlever le lierre qui s’enroule autour de mon tronc et me chatouille l’écorce, finit par m’irriter, je te donnerai en échange quelques belles châtaignes , grosses et goûteuses ! »

Du coup, je n’ai rien fait, n’étant pas apte au combat. Je suis allé tripoter le figuier, sur lequel le lierre grimpait également. Il avait des branches partout. L’une d’elles m’a caressé les fesses. Son verdict fut simple : en septembre, nous ferons un bilan sur ta capacité à nous rejoindre, si c’est négatif, nous te pendrons par ton outil de reproduction. J’en suis resté chocolat. Puis je me suis enfui dans le jardin, grimaçant devant les nains qui planquaient les œufs. En me voyant arriver tous ont ri. Leur chef a même dit : « regardez mes amis, voilà bien les hommes ! Ils ne savent même pas que les arbres vivent plus longtemps que les cloches ! Allons, les gars, faisons vite, les gamins vont arriver ! »

26 04 2022

AK

Un commentaire sur “Pâques et pas que toi, ou presque!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :