Une histoire espagnole : el Balneario de Panticosa

La station thermale Balneario de Panticosa est une enclave privilégiée et unique située à 1 636 mètres d’altitude au sein de la cuvette glaciaire du río Caldarés. Ses parois de granit sont constituées de pics de plus de 3 000 mètres de haut comme celui d’Argualas (3 046 m), Garmo Negro (3 051m) ou Infierno (3 082m) d’où s’écoulent les eaux initialement accumulées dans les ibones ou lacs de montagne (Azules, Perico ou Bachimaña) et qui ensuite rejoignent l’Ibón de la station thermale elle-même.

Ainsi, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, la station thermale de Panticosa a vécu sa belle époque. Des voitures et des trains sont arrivés de tout le pays pour profiter du luxe et de l’intimité qu’elle offre à ses clients. La demande correspondait à l’injection économique que le groupe de vacances a reçue. Avec les cinq sources thermales découvertes, plusieurs bâtiments hôteliers et plus de deux mille clients par saison, les bains de Panticosa n’avaient rien à envier au plus luxueux des hôtels espagnols.

Sa mort, son déclin économique et sa ruine absolue

La malchance, associée à une mauvaise gestion, a conduit à un déclin progressif. Des avalanches continuelles, en 1915, ont détruit le plus grand hôtel, la maison de la Pradera, le bâtiment qui offrait le plus de lits. Cependant, une légère amélioration s’est produite vers 1960. Peu de temps après, elle a définitivement fait faillite, ce qui a failli mettre fin au complexe. Le fait que les bains aient été déclarés site historique national n’a pas aidé une entreprise qui se mourait et dont l’électrocardiogramme commençait à être plat.

Peu à peu, et sans propriétaire précis, la station thermale de Panticosa a commencé à souffrir d’un abandon progressif. La détérioration due au passage du temps était visible dans un patrimoine artistique qui commençait à avoir une solution difficile. Son aspect du XIXe siècle brille aujourd’hui par son absence. Aujourd’hui, il ne reste que peu de vestiges historiques de ce qui était autrefois un imposant complexe hôtelier. De plus, il est peu utile qu’il ait été déclaré Bien d’intérêt culturel en 1992.

Dans une tentative quelque peu futile de toutes les administrations pour récupérer la splendeur de Panticosa, au cours des premières années du XXIe siècle, la direction a été vendue à un important groupe d’entreprises. Un fort investissement a fini par dilapider l’histoire de ces bains du nord de l’Aragon. Avec l’entrée de plusieurs hommes d’affaires, tout a donné un tour de 180 degrés pour moderniser des installations qui périssaient.

Et après trois décennies, elle a été ressuscitée

Pendant plusieurs années, de 2002 à 2008, les bains de Panticosa ont subi une série de remodelages très agressifs et assez controversés. Une conception irrespectueuse de l’histoire de la station, en plus de rompre avec l’esthétique du paysage, a fait que la nouvelle station de Panticosa a soulevé de nombreuses critiques. Malgré tout, l’idée nouvelle s’est peu à peu imposée et, trois décennies plus tard, la station mourante semble revenir à la vie.

Avec des airs renouvelés, un casino, un centre sportif de haute performance, un restaurant de chefs cuisiniers connus et consacrés et plusieurs villas de luxe ont été projetés. Ils ont cherché à retrouver l’auréole de grandeur qu’elle avait autrefois, mais tout cela s’est terminé par une restauration controversée. Un an après son inauguration, elle a dû fermer à nouveau ses portes parce que certains des bâtiments ne résistaient pas aux intempéries.

Le pari du luxe, de la jet-set européenne ou des grandes équipes sportives a dû céder la place à un tourisme plus populaire. Lors d’un retournement de situation, les hôtels ont été déclassés, le casino a perdu sa licence de jeu et aujourd’hui, il est courant de voir des familles entières profiter de ce qui était autrefois le plaisir des présidents de gouvernement ou d’un autre prix Nobel. Au milieu de plusieurs crises, les bains de Panticosa retrouvent la rentabilité économique. Il semble que la stratégie consiste à oublier son passé et que le signe d’identité repose désormais sur le tourisme actif et rural dans la région.

Source : https://espagnefascinante.fr/

A environ un kilomètre avant d’arriver sur le site proprement dit une immense infrastructure en béton laissée à l’abandon. Je pense qu’à l’époque (j’y suis allé vers 2008 je crois que les travaux commençaient), l’ambition était de créer un grand parking et, mais ce n’est pas sûr, un grand centre commercial. La fois d’avant (années 90), l’ensemble des lieux laissait vraiment à désirer ! Raison pour laquelle j’avais envie d’y retourner, afin de voir comment cela avait évolué. Beaucoup d’espagnols, mais quasiment pas d’étrangers (autant français -nous deux- qu’européens-vu une voiture immatriculée en Allemagne-). Par miracle il faisait beau !

18 08 2022

AK

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :