LE CHIEN DU PETIT POUCET

Comme je n’avais aucune envie d’écrire ce soir l’idée a surgi d’écrire pour ceux qui ne me lisent pas. Mes menteries et mes histoires ne troubleront pas leur sommeil et moi je m’endormirai sur les 26 lettres de l’alphabet qui créent dans l’imagination des pages et des mots qu’aucun d’entre eux (ces fainéants) ne savourera. Je conserverai le secret de mes formulations, ne les livrant qu’à ceux qui rêvent encore d’un monde meilleur, ces gens bercés d’illusions qui ne comprennent pas le moindre mot de l’aventure que ma lecture pourtant pourrait faire naître dans leurs yeux fatigués.

Il ne restera plus assez de cailloux pour retrouver mon parcours

Seules les pierres tombales guideront mon chemin vers l’absence

Mais j’aurai vécu ce que peu d’hommes auront conquis

La liberté de vivre, de capter l’air du temps, les saisons amoureuses.

Si toutes sont passées, certaines à l’abandon, c’est vrai,

Je ne regrette ni ma vie ni mon honnêteté à ne jamais trahir

Ni un ami ni un amour ni le moindre des jours. A quoi servirait il

D’abandonner un chien qui connaît le parcours de sa vie ?

24 08 2022

AK

Il me reste pourtant dans les narines l’inconstance du vent

Ce que les vieux incontinents dénomment flatulences

Ils précédent souvent le parfum de leur mort prochaine

En riant de leurs rivières de faux diamants et de leurs rares dents

Ils ont passé les ponts de la misère et les souvenirs d’antan

Ils montent dans des bus qui voyagent au fond des souvenirs

Et leurs cartes postales rédigent dans leurs mains tremblantes

Ce qu’il reste d’un monde qui va vers l’agonie, vers l’agueusie.

Ils ont un chien et de grosses lunettes qui regardent la lune

Puis une fois rentrés chez eux, ils comptent les saisons.

Les vieux sont des clowns, neuf vies et dix huit mains

Rien ne les presse pour cheminer vers le tombeau,

Ni un ami ni un amour ni le moindre nuage ; peut-être leur chien

Si comme eux il se réveille tard ou aboie au fond des bois.

25 08 2022

4 commentaires sur “LE CHIEN DU PETIT POUCET

  1. Etre lu… être seul… ben nous te lisons, nous sommes au moins quelques minutes avec toi et ton chien, toi et ton univers, toi et tes écrits… Une minute d’amitié passée à te chercher dans tes mots, dans tes intentions, dans ton effort de communication… et peut-être une éternité sur des ondes dont nous ne savons pas grand-chose. Je viens de suivre ta route quelques instants, tu m’as un chouia attristée (la mort, l’éternité, la solitude… brrrr ! ) mais aussi offert un joli texte avec de belles photos attendrissantes.

    Aimé par 1 personne

    • Il n’y a pas forcément de tristesse quand on pense au trépas : c’est comme une flaque d’eau, la Mort, on saute par-dessus et on continue de marcher jusqu’à la falaise, quand la nuit est venue !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :