Sciez la branche sur laquelle est assis l’homme !

La nuit est tombée, l’homme a baissé ses volets,

L’arbre a continué de pousser. Solitudes mêlées

De rendez-vous manqués, de belles échappées

Le monde s’abandonne et les hommes s’écharpent

Pour un oui un nom divin et dans la nuit il tremble

Comme les feuilles de l’arbre qu’il méprise

Branches solides épaisses qu’un bûcheron

Puis un scieur découperont sans y penser

Pour en faire menuiserie et de nouveaux volets.

Solitudes des gestes et des pensées sommaires

La Lune blanchit les rêves des enfants imbéciles

Qui une fois déballés dénigrent leurs jouets

Mais quand la nuit fait baisser leurs paupières

Jamais ils ne songent au bois vert aux volets

Aux raclées aux misères de ceux qui sont leurs frères

Perdus dans les mensonges d’une religion morte

Dont les prêtres chantent la gloire universelle.

L’arbre continue de pousser et ancre ses racines

La nuit respire dans la fraîcheur des soirs

L’homme, lui, tout à ses habitudes, baisse les volets.

30 08 2022

AK

Peu de temps pour écrire cet an-ci ! Chinou est devenu correspondant de Presse locale et cela prend un max de temps, mais l’expérience est passionnante !

2 commentaires sur “Sciez la branche sur laquelle est assis l’homme !

  1. Il me semble que les enfants ne sont imbéciles qu’IN UTERO… A trois jours, ils pensent fort déjà, si j’en juge par ceux que j’ai approchés. Ceux que désigne ce texte me paraissent plutôt d’éternels insatisfaits, avides de consommation et des égocentriques de premier ordre.

    Aimé par 2 personnes

    • C’est ce qu’on appelle des enfants gâtés. Ce matin, je suis allé photographier les gamins dans 3 écoles primaires du Petit Pays où je débute ma carrière (!!!) de localier pour la Presse; Les gosses paraissaient heureux de retrouver leurs copains, copines (mais je n’ai pas pu voir la section « maternelle », où, certainement, il y a eu quelques légères difficultés (il a fallu couper quelques doigts aux minots pour qu’ils acceptent de se séparer de leur maman, mais chez les petitous, c’est bien connu, les doigts repoussent comme la barbe des vieux).
      J’ai eu l’occasion d’assister à des Noël en famille avec ce genre de gosses (plus la famille est nombreuse plus il y a de cadeaux, donc parfois l’emballage compte plus que le contenu). Surtout quand on considère les gosses comme des petits princes.

      Aimé par 3 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :