Que faut-il faire pour éviter l’Enfer ? Toutes les places sont prises.

Que faut-il faire pour éviter l’Enfer ? Toutes les places sont prises, vous sentez cette fumée qui envahit votre cuisine ? Le repas est prêt, il n’y a rien à manger : tout est calciné. Il suffit de deux fous pour tuer un roi, les tours et cavaliers ne changeront pas l’échéance. Le jeu est truqué. C’est formidable comme un individu peut catastropher l’état stable du monde en renversant la table : mauvais joueur. Un de mes frères pratiquait cette option, dès qu’il sentait qu’il perdait l’échiquier était balayé d’un revers de main. Maintenant, c’est vrai, il vit sur un yacht entouré de sirènes et boit du champagne, loin des cocktails molotov que les bons joueurs lui expédient depuis les tables rases de leur pays. L’Enfer, ce n’est pas les autres (Sartre), ce sont eux, les pourvoyeurs de famine, de misère, de conflits ethniques, ces consuméristes de la Planète.

Ce soir je suis allé regarder le monde au bout du quai de la ville où je vis. Je pensais voir la mer, mais c’était une gare au milieu des champs, avec des trains qui arrivent en retard et ne repartent jamais à l’heure. Des trains qui se reposent, sans se poser la question des passagers qu’ils transportent. C’est un peu, finalement, comme la marée dans les ports maritimes, va et vient perpétuels loin de tout univers habité. C’est aussi, dans le petit pays, des cols de moyenne altitude où paissent en été des centaines de moutons incrédules. Les chiens errants harcèlent les troupeaux, mais l’ours et le loup sont de plus belles cibles pour les bergers, qu’indemnisent les assurances.

L’Enfer était déjà en chemin. Il ignorait la populace, ces sacs à merde, les réfugiés, les ethnies et les acrobates fuyant les bondieuseries, il ignorait les couleurs de la peau, le parcours des misères, la faim, la solitude, le désespoir et tant d’autres choses encore qu »il demanda par quelle porte il pourrait fuir à son tour en emportant le magot et les mégots, car rien en vérité n’incitait cette masse grégaire à le suivre, le tabac coûtant trop cher et la paille se consumant dans leurs yeux.

Un trou de cul se présenta, enfant oublié dans les langes du célèbre pétomane Joseph Pujol, né à Marseille en 1857 ; (il recueillit un énorme succès dans toutes les classes de la société, et même des rois vinrent l’applaudir) -cf « le livre des bizarres » de Guy Bechtel et JC Carrière éd Robert Laffont 1981-, ainsi que pour cette info historique : « il existait au XVIIIé siècle à Caen une société dont le but avoué était la libération et la glorification du pet. Elle s’appelait la Société des Francs-Péteurs (…) ».

Dans ce monde asthmatique où les chaînes d’infos brûlent notre oxygène 24/24h, nous asphyxient de nouvelles anxiogènes et instillent la peur pour inciter les peuples à se soumettre aux règles édictées par de joyeux technocrates, dans ces endroit où l’Enfer justement cherche à se réfugier, je lance solennellement un appel à toutes les personnes qui en ont assez que les discours grandiloquents ne balaient toujours que du vent à se révolter dans des concerts de flatulences discrètes mais odorantes, afin que l’Enfer lui-même fasse un burn-out et que revienne enfin le pet sur terre, et son ange tutélaire : saint Prout.

Cependant, évitez cette pratique avec vos potes musulmans chez qui vous avez mangé un délicieux couscous. Nous parlerons de saint Rototo dans une prochaine rubrique, concernant ce sujet.

09 09 2022

AK

Photo illustration : un inconnu se faisant un petit prout himself musée d’Orsay 2007

3 commentaires sur “Que faut-il faire pour éviter l’Enfer ? Toutes les places sont prises.

  1. l’enfer, oui, si on nous laisse aller jusque là, sans passer par la purge d’un purgatoire ennuyeux, sans même effleurer du regard (comme dans le regard d’un égout) ces sabres et ces goupillons, enfin punis et affectés à des paradis funèbres; l’enfer c’est le même bonheur que celui que l’on lit dans les yeux de cet homme se selfiant

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :