Poésie interlope

Sur la mappemonde de tes fesses
Tant de tsunamis ont infléchi mes ondes
Qu’entre tes seins ronds ma paresse
Enfin s’ouvre au sommeil , à la vie vagabonde
Certes il est loin le temps des plaisirs printaniers
Des culottes oubliées auprès des vieux cyprès
Et ce petit bourgeon qu’entre tes cuisses
Parfumées de suint, d’urine et de sueurs
Tu me livrais à domicile, à l’ancre de tes cils
De nos rires imbéciles et de nos peaux dociles
Ah oui je me souviens de ces matins fertiles
Où cultiver tes reins moissonnait mes récoltes
Je me souviens aussi de cet aventurier
De sa peau tendre et bronzée, de son sexe élégant
Qui me fit miroiter dans un alcool trop fort
Un tas de vérités d’amours universelles, boire
Cette eau de mer dont on paiera plus tard
La facture salée, mais que de découvertes
Sur la mappemonde de ses fesses
Tant de tsunamis de tendresse et d’abandons
De slips jetés à la pointe des quais, salés, sucrés,
Ah oui je me souviens de ces matins fertiles
De nos rires imbéciles et de nos peaux dociles.
AK
17 04 19

4 commentaires sur “Poésie interlope

  1. Quand les vieilles affaires de galanterie remontent à la surface, un tsunami de souvenirs viennent rafraîchir les plaisirs du passé dans un présent

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :