Dans l’œil bleu du sarde

Dans l’œil bleu du sarde j’ai lu le montant

De la rançon qu’il me demanderait, bel amant,

Si je ne l’aidais pas à écrire son poème,

A trouver des pieds et des rimes en aime

Je le regardais, penché sur le bureau en chêne

Dérobé d’un navire enferré dans ses chaînes

La plume était joyeuse, son crâne dégarni,

Il écrivait sa vie usée dans de nombreux garnis

Sans proches ni amis il m’avait trouvée là

Dans cet immeuble sale où la vie en à-plats

Peint les murs de misère et les enfants de rires

Comme j’étais des leurs, que je savais écrire,

Il a pris mon oreille et s’est mis à pleurer.

Écoute-moi petite, toi qui ne sais où demeurer

Je t’offre mon palais de vieilles pierres rugueuses

A une condition : que mon poème te rende heureuse.

29 07 2020

4 commentaires sur “Dans l’œil bleu du sarde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :