Juste un mot

Tiens, un mot !

Posé là, sur la table, sans permission, comme un coude, un mot têtu et muet, pas un de ces mots qui en appellent d’autres à la rescousse, un mot solitaire, hiératique, dur comme fer et dont l’odeur pourtant rappelle la terre. Un mot crayeux dont on sent -en le voyant, tout simplement- le parcours aventureux : des marigots du Mississipi aux glaciers d’Islande, des toundras sibériennes aux déserts sahariens, tout gorgé d’iode, rouge et ridé par l’océan Indien, débonnaire à Macao, calligraphe à Pékin, maori de Sydney, new-yorkais de Frisco. Un mot qu’on reconnaît mais ne se salue point, haut comme une girafe, fort comme un ouragan, mais immobile et frissonnant dès que la main l’approche. Un mot qui craint que le stylo le pique, le blesse, le tue.

Je m’en suis approché, patiemment, dans un silence total. Il respire. Son souffle court pénètre mes narines froides. Il m’observe. Son petit ventre couine. Depuis combien de jours, de mois, d’années n’a-t-il mangé, frétillé, souri ? Il murmure, le bois de la table et la belle nappe le mettent en confiance. Il ne murmure pas, il ronfle ! Sans permission, comme un coude. Quelle sieste épatante ! Il vibre maintenant comme un moteur d’avion, le plafonnier en cristal cliquette, c’est vraiment étonnant, ravissant, de le voir si détendu, si bénèze, si splendide. Il s’épanouit et de petites lumières s’évaporent de sa peau, fuligineuses d’abord, puis claires et dorées, éclaboussant l’espace de couleurs enchanteresses.

Puis soudain, les couleurs à leur tour émettent des sons qui se transforment en paroles et s’inscrivent en nouveaux mots aux murs, aux planchers, aux plafonds. La table en est maculée, comme une joyeuse bamboche, et tout cet ensemble rit, chante, exhale le bonheur. Ma tête s’en remplit à son tour et me voici dansant dans l’air saturé de senteurs exquises. Baissant alors les yeux, je distingue son contour. Il me voit, se tait, sait :

c’est l’Amour.

09 10 2005

AK

(recopié le 12 06 2021)

silence

Voici les chaises vides

Les platanes ombrageux

Et ce filet d’eau qui cascade

Au milieu du bassin de pierre

Au milieu de la place déserte

Où les oiseaux se taisent

Et mon stylo qui bave

Sous le soleil en deuil

Comme l’âne s’abreuve, seul,

Naseaux sur la margelle

De cette eau claire

Comme un bonheur d’été.

10 06 2021

AK

Les mardis de la poésie :les frères Jacques (sur scène de 1946 à 1982)

(paroles Rudi Revil et Michel Vaucaire, mais sans certitude)

réf : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38078456k

A LA SAINT MEDARD

À la Saint-Médard mon Dieu qu’il a plu
Au coin du boulevard et de la petite rue
À la Saint-Médard mon Dieu qu’il a plu
Y aurait pas eu d’bar on était fichus

À la Saint-Médard mon Dieu qu’on s’est plu
Tous deux au comptoir en buvant un jus
À l’abri dans l’bar on s’est tellement plu
Qu’on est sorti tard quand il a plus plu

Quand il pleut le jour de la Saint-Médard
Pendant 40 jours faut prendre son riflard
Les marchands d’pépins et de waterproofs
Se frottent les mains, faut bien qu’ces gens bouffent

Dans notre petit bar on se retrouvait
À midi un quart et on attendait
Quand il pleut dehors, dedans on est bien
Car pour le confort, la pluie ne vaut rien

Pour tout arranger il a encore plu
La Saint-Barnabé oh ça tant et plus
Pour bien nous sécher au bar on a bu
Trois jus arrosés puis on s’est replu

Saint-Truc, Saint-Machin, toujours il pleuvait
Dans le bar du coin, au sec on s’aimait
Au bout de 40 jours quand il a fait beau
Notre histoire d’amour est tombée dans l’eauL

On attend de pied ferme ce sacré Barnabé! Pour l’heure c’est grand beau temps !

Wikipédia:

Les Frères Jacques est un quatuor vocal français, actif de 1946 à 1982, composé d’André BellecGeorges BellecFrançois Soubeyran et Paul Tourenne. Le groupe a atteint un sommet dans l’art de combiner le chant et le mime, et a interprété des chansons de nombreux auteurs, notamment de Prévert et Kosma (BarbaraEn sortant de l’école, parmi de nombreuses autres), de Serge Gainsbourg (Le Poinçonneur des Lilas), de Stéphane Golmann (La Marie-Joseph), ou de Ricet-Barrier (Eugénie de Beaulieu).

Les petits crobards du dimanche : radio Lucette et ses chouchoux

La vieillesse ?
C’est un garçon !
Non, c’est Micromégas
Le slurgue (limace vivante et excellente)
Petite sieste dominicale à l’ombre du soleil
Petit lion et le doute: enlevez ce bouchon!
Mettre un therme à la Reine ou un terme à la vie?
Radio Lucette, radio libre de dire des conneries

Chat assis à l’ombre du soir

Aujourd’hui j’ai envie de me pendre à la première branche venue.

Je mesure la longueur de ma corde de chanvre, scrute l’arbre

Qui me semble le plus approprié, tronc lisse, branches maîtresses,

Feuillage épanoui. Celui-ci me convient. J’envoie la corde.

Miséricorde ! Un chat est perché dessus et me regarde avec mépris.

Qui es-tu ? me demande-t-il, pour vouloir prendre ma place .

Je suis un souvenir d’enfant allant et venant sur une balançoire

Maintenant je suis l’hérésie de ma vieillesse, l’ombre du soir,

La dernière braise des crémaillères quand les feux s’éteignent

Et toi, animal des Enfers, qui depuis des siècles me surveille

Te moquant de savoir sur quel bout je m’assieds pour scier la branche.

Je ne me moque pas, seulement observe tes gestes incohérents

Pauvre homme qui apprit voici des siècles à marcher sur un fil

Puis construisit des ponts et enfin des fusées loin des canopées

Que pourrais-je te dire alors que ma présence seule devrait suffire ?

– »Sache alors, pauvre homme, que depuis ta naissance

La Mort te tient en laisse , que l’arbre ne se souviendra de toi

Comme n’étant qu’un fruit étrange sous son épais feuillage

Sur la branche duquel un chat noir, véritable témoin, décrira

Plus tard la danse des fantômes autour de croix en flammes. »

« -Le monde m’insupporte, le désespoir enroule ses nœuds

Comme des rivières confluent et s’associent de la source

A la mer, aux profondeurs marines des pêcheurs engloutis. »

« -Et toi tu voudrais que ton corps suspendu, arrogant et fier

Se balançât au vent sous l’air frais des potences, des vies

Dont jamais tu ne t’es rapprochées, élégance imbécile

Des vieillards inaptes à monter sur l’escabeau fatidique,

Tu me fais rire, pauvre homme ! Le suicide, le véritable,

C’est la peur de vivre de ceux qui en sont incapables,

C’est le bonheur fasciste de faire souffrir les illusions

D’embraser les crémaillères pour inaugurer un néant primitif. »

« – Je ne sais pas. J’étais un homme je suis devenu une corde

Nouée trois fois autour de ma ceinture. Mon pantalon tombait,

L’arbre ne nourrissait personne mais nous avions tous faim

Nous, les amis des bêtes, tels que toi le chat, nous les dévorâmes

Sans appétit, sans voracité, simplement par bêtise,

Mais tu connais l’histoire, et où se place l’Homme

Pour scier la branche. Comprends que je n’aie plus d’espoir

Et laisse-moi jeter vers le ciel cette corde encore souple,

Mais ne dis pas aux hommes la vérité, dis-leur en riant

Que j’ai tiré ta queue et me suis envolé dans l’air des temps heureux.

05 06 2021

AK

L’enveloppe (7)

L’enveloppe 7

Fin du chapitre précédent :

Voilà bien les questions sans réponse que je n’ai pas osé lui poser. Cette histoire m’était tellement étrange depuis le début ! Une lettre écrite sur l’enveloppe, sans courrier à l’intérieur, cette adresse carcérale, ce courrier administratif reçu, me demandant d’assumer une paternité à la fois absurde et pathétique. Et cette femme sans sourire, qui sortait de prison comme des amants qui rompent sortent du lit conjugal, en deux mots je n’avais qu’une envie, me retrouver chez moi le plus vite possible.

A la réception, on nous demanda de remplir une fiche. Simple formalité nous déclara l’employé. Nous recevons ici, à tarifs très attractifs, des gens qui sortent de prison, me dit-il dans un français plus littéraire que les putain con bâtard etc qui finissent dans des dictionnaires que personne ne lisent. C’est par un coup d’œil furtif, pour envelopper ma vision sur l’espace qu’offraient le confort et l’ameublement de cet hôtel que je vis Gianni, accoudé à la balustrade du premier étage. Il me salua d’un geste de la main, mais ne descendit pas. Sa présence devait être dans une démarche thérapeutique quant aux libérées et à leur suivi.

Rien de particulier. Pas de réaction agressive. Bon comportement. Nous vous tenons au courant, sachant que votre fille doit pointer durant un ou deux trimestres gratuitement au registre des libérées sous conditions (etc etc).

Putain ! Je pouvais enfin rentrer chez moi, avec des cargaisons de doutes, et aussi pesants soient-ils, je n’avais qu’un désir immédiat : retrouver ma paix d’avant cette histoire. Mais était-ce possible ? »

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

J’allumais une cigarette et bus un Americano au comptoir pendant que Leïla déposait sa valise dans une des chambres du rez-de-chaussée. Je n’avais aucune envie de traîner ici et nos adieux seraient brefs, de ça aussi, mentalement, je me portais garant. Avant de reprendre la route, j’allais aux toilettes, quand je sentis une main s’accrocher à mon bras. C’était Leïla : « Jean, je crois que j’ai laissé mon rouge à lèvres sur le tableau de bord. Peux-tu me donner la clef de la voiture pour le récupérer ? » Je m’exécutais et filai aux latrines. Elles étaient décorées de fresques représentant des scènes érotiques très latines dans leur composition, telles qu’on en trouve à Pompeï (en fait, c’était plus kitsch que Vésuvien). De retour au petit bar, Leïla m’attendait. Elle me remit la clef, me remercia pour tout ce que j’avais fait pour elle, puis elle m’embrassa sur les joues et me souhaita bon retour. Je fis de même, lui souhaitant à mon tour bon courage pour l’avenir qui l’attendait désormais comme femme libre. Puis, sans tarder, je gagnai la Modus et démarrai.

Il était dix sept heures trente. En roulant jusqu’à la nuit je calculais que je pourrais atteindre Viareggio en rejoignant l’autoroute, dite Via Aurélia, à Follonica. Conduire sur les autoroutes italiennes est assez dingue et surtout hyper stressant ; quant à prendre les routes nationales, c’est quelque part pire, tant on traverse tous les bleds et le flux des voitures et camions y est aussi intense que sur les autostrades. Sur les unes on est obligé de foncer pied au plancher comme un lièvre, sur les autres c’est avancer à la vitesse de la tortue. Durant tout ce trajet je n’eus quasiment aucune pensée pour Leïla, trop occupé à conduire, concentré sur la route et les risques qu’elle comportait. Je fumais cigarette sur cigarette, tétant une bouteille d’eau presque tiède qui me tenait compagnie depuis mon départ de la fin juin. C’était la première fois que le goût de l’eau me remplissait de plaisir. Après moult appels de phares, de coups de klaxons, je parvins à Viareggio, ce bout de la Riviera, station touristique réputée. Je trouvais rapidement un hôtel où je pus passer la nuit. J’étais trop crevé pour réfléchir à quoi que ce soit et m’endormis comme une souche jusqu’au lendemain. Pour une fois, je ne téléphonais pas à Manuella, qui avait Sidonie en résidence chez elle durant mon absence.

Ce matin du quatre juillet, je me levais très tôt, bus un cappucino et mangeais un croissant dans une salle vide qui serait envahie d’ici une heure ou deux par les premiers touristes allemands, russes, belges, français et serbo-croates (ou hollandais bronzés?). Il me restait un bon millier de kilomètres à parcourir, c’était jouable. Alors, rebelote. Je m’insérais dans le trafic routier et roulais comme la veille à toute berzingue pour rejoindre la paix de mon petit pays, avec ses rosiers en fleur dans le jardin, sa rue tranquille et son facteur grognon. Par chance, il ne tomba pas une goutte d’eau pendant le trajet jusqu’à Vintimille, où je fis le plein de gasoil et me restaurais rapidement sur une aire colonisée par des familles aux enfants braillards qui laissaient traîner leurs déchets sur les espaces verts et les tables de pique-nique. Bref, rien de nouveau sous le soleil. Comme à l’accoutumée, avant de me remettre en piste, je pris mon paquet de cigarettes dans le vide poche latéral pour m’en griller une. C’était la dernière. Mais question tabac, j’avais mieux géré que l’eau minérale. J’avais une cartouche à demie entamée dans le vide poche sous le tableau de bord. En me tortillant un peu, je défis le clapet et ouvris la boîte, puis palpai à l’aveuglette l’intérieur.

Il y avait bien quelques paquets qui n’attendaient que de partir en fumée, mais également un truc dur qui n’avait rien à voir avec un briquet : c’était un Smith and Wesson sorti de je ne sais quel polar à la noix, et je me retrouvai illico en pleine zoubia, dans une sacrée merde avec un flingue sorti de je ne sais où, mais qui avait très certainement une sale histoire à raconter. Ce n’était que la moitié du cadeau. Il y avait aussi un bout de papier plié en quatre. Cette fois-ci, pas d’enveloppe, juste un message écrit à la hâte. Je reconnus la même écriture que celle censée appartenir à Leïla. C’était bref et concis :

«  Tu risques d’avoir une mauvaise surprise en rentrant chez toi. Comme tu m’as aidée, je te rends la pareille. Sache simplement que je ne m’appelle pas Leïla. Rentre chez toi et sois prudent, garde cette arme avec toi, elle peut t’être utile. Je t’en dirai plus dans quelque temps, si je peux. Cora »

J’étais pétrifié. Je crois qu’à cet instant j’ai enfourné cinq cigarettes en même temps dans ma bouche. Avant tout, je devais regagner mon domicile de toute urgence, en prenant toutes les précautions nécessaires. Cette affaire ne semblait pas du tout être une plaisanterie.

04 06 2021

AK

FIN DE LA PREMIERE PARTIE (ah ah ah!)

JR s’installe aux abattoirs d’Anderlecht : ne coupez pas! (les têtes)

Rendre visible les invisibles(extrait de l’article)

Dans sa démarche, l’ASBL(note : acronyme de???) anderlechtoise s’est rendu compte que beaucoup de gens avec qui elle travaille au cœur de ce lieu ne sont pas forcément visibles. «Nous voulons rendre visible les invisibles, confirme Anne Wathee. Sur les murs, nous avons affiché des visages de membres de notre ASBL, mais aussi de personnes qui travaillent à l’abattage, c’est-à-dire très tôt le matin. Eux terminent leur journée de travail, quand moi je commence la mienne. Il y a aussi les gens des champignons de Bruxelles qui travaillent, eux, sous-terre. »

L’objectif derrière le projet est, ici, de visibilité les uns pour les autres, mais aussi de créer un sentiment d’appartenance à ce lieu atypique.

Article paru dans « l’avenir » ce jour, journal belge (avec vidéo)

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20210601_01585296/video-dix-ans-apres-inside-out-le-projet-de-jr-s-invite-aux-abattoirs-d-anderlecht-rendre-visible-les-invisibles

Et nous, alors, on ne nous photographie pas ?

Il y a pigeons et pigeons

article de Libération

Extrait : « Toujours moins d’hirondelles des fenêtres, de moineaux friquets ou d’alouettes des champs. Mais plus de pigeons ramiers, de geais des chênes ou de mésanges bleues. Le bilan de trente années de comptage des oiseaux en France, publié ce lundi par le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et l’Office français de la biodiversité (OFB), fait état d’une «hécatombe urbaine et agricole». Et d’une «fausse bonne nouvelle» : la progression démographique de quelques espèces «généralistes» capables de s’adapter à tous les milieux, comme le pigeon, au détriment des espèces «spécialistes». Ce qui révèle en fait «une uniformisation de la faune sauvage, signe d’une banalisation croissante des habitats et d’une perte de biodiversité».« 

Article de La Dépêche du Midi :

Extrait ; « 

C’est un nouveau type de vol par ruse qui est signalé dans notre région. Une dame de 82 ans de Villeneuve-de-la-Salanque dans les Pyrénées-Orientales a été victime d’un vol à la …fiente de pigeon le 27 mai dernier. Elle se rendait au restaurant avec son mari.

En chemin, elle sent quelque chose lui tomber sur le dos. Elle se retourne. Un couple qui marchait derrière lui indique alors que des fientes de pigeon lui sont tombées dans le dos. Apparemment bienveillant, le couple aider la vieille dame à nettoyer les fientes avec des lingettes.

Le couple arrive au restaurant et c’est alors que le mari se rend compte que son épouse n’avait plus son collier autour du cou. La vieille dame pense dans un premier temps l’avoir perdu mais elle comprend rapidement qu’on le lui a volé.

« J’avais le dos plein d’un truc vert. J’ai dû enlever mon pull tellement il y en avait », confie-t-elle à l’Indépendant. Les filles de l’octogénaire se renseignent sur internet et constatent rapidement que l’arnaque à la fiente de pigeon existe bel et bien. « 

Les mardis de la poésie : Agénor Altaroche (1811-1884)

Poéme tiré du site : https://www.dico-poesie.com/

Biographie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ag%C3%A9nor_Altaroche

La fête à l’Hôtel de Ville 

19 juin 1837

Accourez vite à nos splendides fêtes !
Ici banquets, là concert, ailleurs bal.
Les diamants rayonnent sur les têtes,
Le vin rougit les coupes de cristal.
Ce luxe altier qui partout se déroule,
Le peuple va le payer en gros sous.
Municipaux, au loin chassez la foule.
Amusons-nous!

Quel beau festin ! mets précieux et rares,
Dont à prix d’or on eut chaque morceau,
Vins marchandés aux crus les plus avares
Et que le temps a scellés de son sceau…
Quel est ce bruit ?… – Rien, c’est un prolétaire
Qui meurt de faim à quelques pas de vous.
– Un homme mort ?… C’est fâcheux ! Qu’on l’enterre.
Enivrons-nous!

Voici des fruits qu’à l’automne
Vole à grand frais l’été pour ces repas:
Là, c’est l’Aï dont la mousse écumeuse
Suit le bouchon qui saute avec fracas…
Qu’est-ce ?… un pétard que la rage éternelle
Des factieux ? – Non, non, rassurez-vous!
Un commerçant se brûle la cervelle…
Enivrons-nous!

Duprez commence… Ô suaves merveilles !
Gais conviés, désertez vos couverts.
C’est maintenant le bouquet des oreilles ;
On va chanter pour mille écus de vers.
Quel air plaintif vient jusqu’en cette enceinte ?…
Garde, alerte ! En prison traînez tous
Ce mendiant qui chante une complainte…
Enivrons-nous!

Femmes, au bal ! La danse vous appelle ;
Des violons entendez les accords.
Mais une voix d’en haut nous interpelle .
Tremblez ! tremblez ! vous dansez sur les morts
Ce sol maudit que votre valse frôle,
Le fossoyeur le foulait avant nous…
Tant mieux ! la terre est sous nos pieds plus molle.
Trémoussez-vous!

Chassons bien loin cette lugubre image
Qui du plaisir vient arrêter l’essor.
Déjà pâlit sous un autre nuage
Notre horizon de parures et d’or.
C’est Waterloo… Pardieu, que nous importe !
Quand l’étranger eut tiré les verrous,
On nous a vu entrer par cette porte…
Trémoussez-vous!

Çà, notre fête est brillante peut-être ?
Elle a coûté neuf cent vingt mille francs.
Qu’en reste-t-il ? Rien… sur une fenêtre,
Au point du jour, des lampions mourants.
Quand le soleil éclairera l’espace,
Cent mobiliers seront vendus dessous.
Vite, aux recors, calèches, faites place…
Éloignons-nous !

Illustration.
Agénor Altaroche (image Wikipédia)

Rafraîchissons La Fontaine.

Une petite fable : Simonide (le frère de Sidonie) préservé par les Dieux :

On ne peut trop louer trois sortes de personnes :
 Les dieux, sa maîtresse et son roi.
Malherbe le disait, j’y souscris, quant à moi :
            Ce sont maximes toujours bonnes.
La louange chatouille et gagne les esprits.
Voyons comme les dieux l’ont quelquefois payée.

            Simonide avait entrepris
L’éloge d’un athlète ; et la chose essayée,
Il trouva son sujet plein de récits tout nus.
Les parents de l’athlète étaient gens inconnus ;
Son père, un bon bourgeois; lui sans autre mérite ;
            Matière infertile et petite.
Le poète d’abord, parla de son héros.
Après en avoir dit ce qu’il en pouvait dire,
Il se jette à côté, se met sur le propos
De Castor et Pollux, ne manque pas d’écrire
Que leur exemple était aux lutteurs glorieux,
Elève leurs combats, spécifiant les lieux
Où ces frères s’étaient signalés davantage.
            Enfin l’éloge de ces dieux
            Faisait les deux tiers de l’ouvrage.
L’athlète avait promis d’en payer un talent
            Mais quand il le vit, le galand
N’en donna que le tiers, et dit fort franchement
Que Castor et Pollux acquittassent le reste.
« Faites vous contenter par ce couple céleste.
            Je veux vous traiter cependant :
Venez souper chez moi, nous ferons bonne vie :
            Les conviés sont gens choisis,
            Mes parents, mes meilleurs amis,
            Soyez donc de la compagnie. »
Simonide promit. Peut-être qu’il eut peur
De perdre, outre son dû, le gré de sa louange.
            Il vient : l’on festine, l’on mange.
            Chacun étant en belle humeur,
Un domestique accourt, l’avertit qu’à la porte
Deux hommes demandaient à le voir promptement.
            Il sort de table; et la cohorte
            N’en perd pas un seul coup de dent.
Ces deux hommes étaient les gémeaux de l’éloge.
Tous deux lui rendent grâce, et pour prix de ses vers,
            Ils l’avertissent qu’il déloge,
Et que cette maison va tomber à l’envers.
            La prédiction en fut vraie.
            Un pilier manque ; et le plafonds
            Ne trouvant plus rien qui l’étaie,
Tombe sur le festin, brise plats et flacons,
            N’en fait pas moins aux échansons.
Ce ne fut pas le pis, car pour rendre complète
            La vengeance due au poète,
Une poutre cassa les jambes à l’athlète,
            Et renvoya les conviés
            Pour la plupart estropiés.
La renommée eut soin de publier l’affaire:
Chacun cria miracle. On doubla le salaire
Que méritaient les vers d’un homme aimé des dieux.
            Il n’était fils de bonne mère
            Qui, les payant à qui mieux mieux,
            Pour ses ancêtres n’en fit faire.

Je reviens à mon texte, et dis premièrement
Qu’on ne saurait manquer de louer largement
Les dieux et leurs pareils, de plus que Melpomène
Souvent, sans déroger, trafique de sa peine;
Enfin, qu’on doit tenir notre art en quelque prix.
Les grands se font honneur dès lors qu’ils nous font grâce:
            Jadis l’Olympe et le Parnasse
            Etaient frères et bons amis.

Pour plus de précisions sur ce texte, cf le site duquel il est tiré : http://www.lafontaine.net/lesFables/imprimeFable.php?id=14

%d blogueurs aiment cette page :