les mardis de la poésie : à un marin, à un migrant.

A Luc, que je ne connais pas

Tous ces châteaux de sable qui fondent dans la nuit

Alors que prisonniers nos pas dansent et s’ennuient

Qui viendra ce soir applaudir sur nos larmes, laver

Le ciel noir de nos intempéries, de nos rires pervers

Quelle couleur le mensonge sur l’espoir arc en ciel

Prendra le temps et secouera les gouttes, sang doute

Ceux qui croyaient en des paradis fugaces emportés

A leur tour dans les radiations de l’immobile jetée

Ce bout de quai qui raconte à ceux qui y ont été

Que la terre est plate, que la marée à l’océan mariée

Fera de beaux enfants qui périront sur le sein de leur mère

Et le marin par ces chateaux de sable quittera la terre

Voguera sans penser qu’un jour il fut père, mais savait

Que n’importe où, sa voile et ses lumières, le sauvaient.

Migrant

Pour les chansons d’amour il faudra repasser

Par les cols blancs amidonnés de cet enfer

Par les mots et la vie conjugale, les cravates

Que chaque jour il faut arrimer à son cou

Indispensable nœud gordien de la prospérité

Mais lui ne connaissait que les nœuds papillon

Pourtant c’était un enfant plein de promesses

Il aimait jouer et plus tard ses petites fesses

Devant le tribunal n’eurent que peu d’impact.

Il avait violé la loi . Aucun son de cloche, aucun Pardon,

La liberté est un danger pour la Nation

Pour les chansons d’amour il faudra repasser

Par la neige des cols et partager l’enfer

Par les lois qui pendent au cou et dépendent

Les cravates qu’insoumettent les papillons.

31 07 19

AK

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :