Nous verrons…un monde aveugle

le Petit Karouge étant en vacances-déménagement (un nouveau concept de fainéant), voici un peu de lecture, avant des photos de Toulouse, vers le 15 août.

 

http://www.alternatives-paloises.com/article.php3?id_article=3523

http://www.alternatives-paloises.com/article.php3?id_article=3522

http://www.alternatives-paloises.com/article.php3?id_article=3521

quartier du Carré, Liège

Chinette et Chinou préparent leurs cartons pour cause de changement de domicile.

En passe temps, quelques images d’ici et là…

JIM, Jazz In Marciac, samedi soir 03 08 2013

Photos Chinette et Chinou, Marciac 03 08 2013.

Jazz in Marciac : tarifs : http://www.jazzinmarciac.com/la-billetterie
Prix des places : https://jazz-in-marciac.fnacspectacles.com/recherche/rechercheRapide.do?codgrp=FESTJMA13A

Et hop ! un petit saut dans le Gers (Lavardens)

IMGP9228 IMGP9226 IMGP9223 IMGP9215 IMGP9224 IMGP9214 IMGP9218 IMGP9217 IMGP9221 IMGP9211 IMGP9220 IMGP9212 IMGP9213 IMGP9227 IMGP9210 IMGP9209 IMGP9206

les mardis de la poésie : ce soir, Arthur Rimbaud nous lit « Vénus Anadyomène »

 

Vénus Anadyomène

Comme d’un cercueil vert en fer blanc, une tête
De femme à cheveux bruns fortement pommadés
D’une vieille baignoire émerge, lente et bête,
Avec des déficits assez mal ravaudés ;

Puis le col gras et gris, les larges omoplates
Qui saillent ; le dos court qui rentre et qui ressort ;
Puis les rondeurs des reins semblent prendre l’essor ;
La graisse sous la peau paraît en feuilles plates ;

L’échine est un peu rouge, et le tout sent un goût
Horrible étrangement ; on remarque surtout
Des singularités qu’il faut voir à la loupe…

Les reins portent deux mots gravés : Clara Venus ;
– Et tout ce corps remue et tend sa large croupe
Belle hideusement d’un ulcère à l’anus.

 

Extrait du site suivant : http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/arthur_rimbaud/index.html

Les instantanés de monsieur Pasletemps : Lourdes, cet après-midi

IMGP9312 IMGP9311 IMGP9310 IMGP9309 IMGP9306 IMGP9308 IMGP9307

L’ été photographique de Lectoure, balade entre les murs et les images

Ce petit festival photo s’étend sur plusieurs semaines (20 juillet, 25 août), n’a pas encore pris une dimension internationale, mais reste un lieu haut perché du plaisir de vivre et de se balader d’une expo à l’autre. Il existerait (selon une jeune bénévole) depuis 25 ans… mais 8 ou 10 ans restent, à mes yeux sa véritable existence : autant dire qu’il survit d’une année sur l’autre, un peu comme les jacquets sur la route de Compostelle quand ils font halte à Lectoure : par la foi, qu’elle soit laïque ou religieuse. C’est bien.

Il faisait une chaleur écrasante quand Chinette et moi nous y sommes rendus, ce samedi, mettant trois heures pour parcourir 140 kms, avec des arrêts dans des petits bleds charmants, pas pressés.

Je n’y étais pas retourné depuis cinq ans (je crois), et la ville prend forme, accueil, possibilités de restauration dans la bourgade, etc.

A noter que les bénévoles, surtout de jeunes femmes, sont charmantes (sous la canicule) et disponibles pour renseigner le promeneur.

Et puis, le Gers, c’est beau !

chroniques d’été : les instantanés du jour

en période estivale, Chinette et Chinou partent en cavale, tout près et un peu plus loin. Comme Chinou travaille, quelques images prises au jour le jour formeront, de temps en temps le corps de l’articulet mis en ligne chaque jour, ou presque.

Ainsi la photo d’aujourd’hui : lquand la maman tracteur promène son petit, c’est le signe certain que les récoltes seront mauvaises (un petit tracteur, à cette époque, est déjà au champ, pour tracter comme son nom l’indique, les grosses meules de foin empaquetées comme une mortadelle aviaire).IMGP9160 IMGP9180 IMGP9177 IMGP9174 IMGP9171 IMGP9170 IMGP9167 IMGP9164

Après le boulot, un vendredi, quiétude au lac de Lourdes…

%d blogueurs aiment cette page :