une histoire de sale eau, mise en bouteille par Robin Hay

Je ne sais pourquoi c’est toujours un chat qui file entre mes jambes et m’alerte du danger imminent qui me menace, mais tout en douceur, en un ronron qui contraint ma crainte à n’être qu’un simple frôlement de tendresse. J’ai beau sentir sur ma peau (c’est l’été,je suis en short, mon peignoir de bain est dans le vestibule et ma femme fait la sieste avant de lancer la lessive à 60°, une routine, un accord tacite disons, pas de bruit pendant mon sommeil et ne plonge pas dans la piscine, ça fait un bruit effrayant, je te l’ai dit cent fois : silence!)

Le chat exagère, me dis-je : il me lèche la plante du pied gauche avec sa langue râpeuse : il me chatouille. D’un geste vif je le balance dans la piscine. Il miaule et manque se noyer. Je me précipite, me maintenant d’une main à la margelle périphérique mais déjà il dérive au milieu , battant des pattes et miaulant au secours (c’est là que j’ai compris le langage des chats, qui ne disent pas help, comme les scarabées anglais de Liverpool). Je ne sais pas nager, raison pour laquelle Maud a acheté cette piscine où elle invite chaque été ses amis landais, qui se baignent avec leurs échasses (ils n’aiment tremper leurs pieds que dans le proche océan).

Je me souviens maintenant, à cause du chat, des paroles de Maud quand le gars est venu faire son devis. Les fondations d’une profondeur de 2.50m, du béton armé, des moellons, du carrelage, bref une profondeur de baignade pour ses clients de 2.00m garantis par huissier de justice, mais sans dénivelée progressive ni marches d’accès (en supplément). Un prix concurrentiel et des délais plus courts que la rotation de la lune autour de votre logis. Elle a signé. Je me suis permis de lui dire, le soir même :

« -Chérie, je ne mesure qu’un mètre soixante cinq et ne sais pas nager. »

« -Chou, le vendeur m’a offert une bouée licorne, cela devrait te convenir pour apprendre ! » (et elle s’est mise à rire, mais je savais qu’elle non plus ne savait pas nager et, en plus, avait peur des poissons rouges, qui venaient, disait-elle mordiller les poils de ses mollets et de son « maillot » quand elle était adolescente).

Je pus prendre le chat par la queue. Il hurla : « lâche-moi connard je nage mieux que toi, seulement je n’aime pas l’eau froide ! » Je compris alors que ma compréhension de la langue féline avait sacrément progressé, bien que je perdisse totalement pied dans cet espace sans mangrove où me raccrocher. J’appelai Maud. Elle vînt au balcon, s’appuya à la rambarde en fer forgé et me regarda :

– » comment va le chat ? Il n’a pas eu trop peur ? »

Je ne sus que répondre :

– »as-tu fait une bonne sieste, pas de bruit dérangeant ? Tout va bien ? » dis-je.

Je repris :

– »maintenant que le chat est sauvé, un bain te dirait-il ? Il fait si chaud dans notre pays que remettre à demain un plongeon serait criminel ! »

Elle accepta mon offre , défit son peignoir et chaussa ses talons hauts puis descendit lentement dans l’eau bleue que quelques gargouillis de brassage remuaient mollement. Elle descendait calmement, comme un scaphandrier ou, pour les fumeurs, un mégot de cigarette sans lèvres où aborder . Sa tête émergeait à peine de l’eau . Le chat s’était confiné sur mes espadrilles et ronronnait sur une fréquence ultra-sensorielle. On se parlait sans rien se dire.

Maud fit quelques brasses. C’était une jolie femme, de celles qui nuisent aux autres dans les éclairs boréals qui illuminent les déserts glacés, et dont les pieds dans l’eau froide ravivent la pourpre du visage. Quand elle me regarda, le chat se carapata. Il avait compris quelque chose qui m’échappait encore. Une chose que ni Maud ni moi n’ont jamais vraiment compris : pourquoi avais-je sauvé un chat de la noyade quand Maud aurait tant aimé que je sois le noyé ?

Il est des questions qui ne se résolvent que dans les tribunaux de chats. Leur témoignage n’est pas forcément l’expression de la vérité, mais quelle importance ? Nous serons tous un jour ou l’autre les vassaux du règne animal, et les robots seront leurs affidés.

29 08 2020

AK

Spirou et sa bande

5 commentaires sur “une histoire de sale eau, mise en bouteille par Robin Hay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :