Archive | CAPITALES ET PETITS BOURGS RSS for this section

De Perros Guirec à Trebeurden…Granite rose aux formes étranges

Quelques photos prises en septembre lors de notre virée en Bretagne, avec ses rochers aux formes bizarroïdes qui font tout le charme de la côte de granite rose (enfin, rose quand il fait beau!)

La Bretagne et les paquebots vers l’Irlande…

Chinou : « Voici plus de quarante ans j »embarquais avec la (future) mère de mes enfants,  un matin, à Roscoff, ayant quitté Paris (où nous avions épargné quelques sous, notamment par la loi de 1948, qui nous avait remboursé l’équivalent de quelques loyers), à cheval sur notre MZ 125, nous sommes partis en Islande (1980).

By Jove, ce n’était pas simple, avec notre petite cylindrée, débarquant à Cork, cité encore sous le joug de la désindustrialisation… (très dur à écrire !)

, de rouler à gauche, prendre les ronds-points (très très rares) à l’envers. Les routes étroites du sud  et les nids de poules.

Restons en Bretagne…La baie de Roscoff,

Quelques images (mais oui, vous aimerez la Bretagne!) : cliquez pour développer le diaporama (ou passez quelques jours sur place!):

la Bretagne en courant (2) ( aux WC suisses)

Avant de poursuivre notre balade en Bretagne ( aujourd’hui Pontrieux et Tréguier), ce fait divers assez comique qui s’est déroulé en Suisse :

http://www.sudouest.fr/2017/09/19/des-toilettes-bouchees-par-des-billets-de-500-euros-en-suisse-3789384-4776.php

Donc, nous sommes passés par Pontrieux, charmant petit village aux multiples lavoirs (50):

Avant de nous rendre à Tréguier, patrie d’Ernest Renan, (1823-1892) académicien, très beau bourg vivant et agréable à visiter:

La Bretagne en courant (d’air) , aujourd’hui : Guingamp

Chinette et Chinou ont passé quelques jours en Bretagne, entre éclaircies et averses, et en ont rapporté quelques images (et des surprises pour plus tard). Aujourd’hui premier arrêt à Guingamp.

Sète, Images singulières, number 9

Bon, c’est vrai, la Modus crachotait du CO2 bien noir quand Chinou appuyait sur l’accélérateur. Mais nous avions réservé l’hôtel depuis fin février, dans lequel nous allons chaque année.  Donc, impossible de décommander notre venue, notre court séjour. Et puis, ce festival d’art photographique est un vrai régal. Du monde mais pas de multitude, pas d’agglomérats de gens qui involontairement font obstacle à la visibilité des photos exposées. Un tas de bénévoles très charmants, ouverts, jeunes. Des photos lumineuses, judicieuses, émotionnelles.

Des travaux minutieux, aussi, tels ceux exposés à la gare de Sète (Gilles Coulon).

Et puis, Sète, ville dans laquelle les gens se parlent, qui ne pètent pas plus haut que leur cul, sans doute un des derniers espaces conviviaux que nous pouvons encore partager avec de libres paroles, et de vraies sensations !

 

D’autres images de Sète dans un autre article.

Images Singulières dure jusqu’au 11 juin, toutes les expos sont gratuites et la ville est « habitée ». C’est un endroit rare !

Molossia, le dernier pays où trouver refuge en cas de…

Message aux lecteurs et lectrices français :

Voici une bonne nouvelle pour celles et ceux que l’élection présidentielle fait frémir, dans le cas où une présidente élue démocratiquement serait désignée. Pensez cependant à vous munir d’un passeport biométrique, vérifiez que vous êtes blanc de peau, non musulman, que vous parlez un minimum américain (ça c’est le plus facile), car pour atteindre ce beau pays enclavé dans le Nevada, il vous faudra franchir bien des frontières (physiques, morales et mentales) !

Allez, assez barguigné, c’est là que se situe ce paradis :https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publique_de_Molossia

 

 

photo d’illustration sortie de la Toile, désolé !

(toutes les photos de ce site sont prises par Bibi, et je peux en passer à ceux que ça intéresserait)

 

Balade à Villeneuve sur Lot, ville pas si neuve que ça (fondée au XIIIéme siècle)

Villeneuve sur Lot, sous préfecture du Lot et Garonne, est une bastide (comme il y en a beaucoup dans la région) située à cheval sur le Lot. La légende veut que le premier pont qui fut construit (pont des Cieutat) ait été testé (pour sa solidité) par les éléphants d’Hannibal, après qu’ils eussent mangé tous les fruits des vergers dont les environs sont pourvus. Le pont résista, contre toute attente. Bien plus tard cependant deux arches furent anéanties en février 1600 par une crue du Lot. Il fallut attendre 1643 , sous l’ordre de Richelieu, pour que soit érigée une seule arche de 35 mètres de diamètre. Bon, d’accord, la légende des éléphants d’Hannibal est tout à fait improbable, mais il me fallait rassurer Chinette pour qu’elle passe d’une rive à l’autre sans inquiétude. Comme cela se fit sans encombre, Chinou lui édifia une petite chapelle (la chapelle Notre Dame du Bout du Pont) où ils purent se mettre à l’abri des averses et des regards de quelques bateliers du Quercy très frustes, voire jaloux (en 1289).

Bien entendu, tout cela est faux : il ne faut pas croire ce que racontent les touristes, même si parfois c’est plus sucré qu’un pruneau d’Agen.

Quelques images :

 

 

Biarrots, don’t take my coconuts!

allons danser à Biarritz avec le maintenant vieux Kid Creole, retrouvé au fond d’une valise des années 80…

plus ringard :

Les grandes vacances de Chinette et Chinou : terminus Lisbonne !

Cinq jours à Lisbonne, où je n’étais pas retourné depuis cinq ans (c’est la cinquième fois que je m’y rends, la première étant fin 1974, après la révolution des œillets, puis la suivante alors que la place du Commerce n’était qu’un vaste parking où les enfants des rues faisaient la circulation, puis, puis, puis…). Mais il y a toujours dans une capitale des endroits où l’on n’a jamais mis les pieds, sans rechercher les banlieues ou les endroits non fréquentés par les touristes (je ne me sens pas d’y aller, vu mon âge). De plus Chinette trottine peu, et nous avons de ce fait pris métro, electricos et bus pour nous déplacer et éviter les escaliers qui serpentent sur les sept collines lisboètes.

La ville évolue, certains quartiers sont en pleine mutation (Martim Moniz), le tourisme devient omniprésent (en saison estivale) et les petits plaisirs (tram 28, elevador  de santa Justa par exemple) voient naître d’imposantes files d’attente qui donnent envie de fuir. La ville est également truffée de tuc-tuc en tout genre, ce qui n’existait pas en 2011.

Bien entendu, voici un bon gros paquet de photos dont certaines avec légende (gasp!) pour ne vous perdre qu’à moitié dans la ville du marquis de Pombal !

PS: le retour à Lourdes s’est fait d’un seul tenant (1100 km en 11 h) depuis Lisbonne : belles autoroutes (gratuites en Espagne) dégagées. Et puis, les minous nous manquaient !

les grandes vacances de Chinette et Chinou (avec leur petite Modus) : halte à Coïmbra (Portugal)

Coïmbra est une ville où s’arrêter  un ou deux jours pleins ; ville vivante et étudiante elle offre ses rues en pente avec le bonheur des efforts à les gravir (« escadas de Quebra-Costas ») et ceux, à petits pas tranquilles, à les descendre jusqu’aux rives du Mondego, où un parc frais accueille les promeneurs. Coïmbra est, par ailleurs, la plus vieille université du Portugal, et l’une des plus anciennes d’Europe. Beaucoup de charme pour cette ville, la troisième en population du Portugal (sauf erreur de ma part).

En voici quelques images, prises par 36°C…

%d blogueurs aiment cette page :